Développement personnel et vêtements

Développement personnel et vêtements

L’habit ne fait pas le moine. On connait tous cette expression. Elle signifie qu’il ne faut pas juger les gens sur les apparences et nous invite à faire abstractions de nos préjugés, ainsi qu’à nous défaire d’une certaine superficialité et d’un certain simplicisme de pensée en la matière.

Dans notre société ou le « l’image » prime souvent au détriment du message, où le bling bling, les modes, les tendances s’enchaînent au rythme effréné des publications facebook  / instagram, et des saisons de fashion-week, il peut-être difficile de faire la part des choses entre ce que vous aimez réellement portez, ce qui vous plait et ce qui relève d’un conditionnement, d’une influence, d’une pression sociale.

Abstraction faites des contraintes et considérations professionnelles et/ou de la volonté de faire bonne impression, quels sont les critères personnels qui conditionnent le choix de vos tenues vestimentaires? De quoi est composée votre garde-robe?

Nos comportements vestimentaires sont révélateurs de notre fonctionnement interne :

– boulimie de vêtements

– quête pathologique du regard d’autrui

– monotonie chromatique

– incapacité à faire évoluer son style dans le temps

– …

De plus, le vêtement peut être le reflet de frustrations / blocages / complexes plus ou moins conscients. Aussi est-il important de se questionner car effectivement le vêtement peut être révélateur de l’image que vous avez de vous-même et par ricochet impacter votre assurance et votre confiance. Le vêtement est la projection de la manière dont vous vous sentez à un moment, à une période mais également de l’image que vous souhaitez renvoyer ou du message que vous souhaitez faire passer.

Effectivement (et au-delà de la coquetterie) le fait d’accorder une importance quasi-obsessionnelle à son apparence paraît symptomatique d’un certain narcissisme…qui peut en fait cacher d’immense failles narcissiques. De même que la volonté affirmée de vouloir passer inaperçu démontre également un enjeu en terme de dépersonnalisation-disparition-dévalorisation. Il ne s’agit pas ici d’esthétique mais de la manière d' »être » au monde. La volonté de vouloir être omniprésent tout comme la volonté de vouloir être invisible (pas en terme de « super pouvoir » mais en terme de relation à autrui), sont des signes d’un conflit intérieur et émotionnel très fort. Le vêtement est alors l’expression d’un mal-être pas forcément assumé, ni identifié. Les extrêmes peuvent ici être symptomatiques.

Afin de stimuler votre confiance et d’avoir une image valorisante de vous-même, voici quelques considérations-questions à bannir lors de votre shopping ou lorsque vous choisissez vos vêtements chaque matin :

– Je ne me sens pas moi-même, pas confortable, pas à l’aise, trop serré… mais c’est à la mode, j’ai l’air sexy, les stars le portent…

– Avec ce vêtement je vais ressembler à …..(nom d’une autre personne).

(Sauf si vous vous rendez à une soirée déguisée ou sin l’on est en période de carnaval)

– Ce vêtement ne me va pas mais…

(Pourquoi acheter / porter un vêtement qui ne vous va pas).

– Ces chaussures, ce chapeau, cet accessoire pour cheveux me fait mal.

Certains croient qu’il faut souffrir pour être belle. Moi je pense plutôt que pour être belle, il faut avoir confiance en soi et donc se détacher des modes / injonctions sexistes / normes imposées, sous peine de souffrir physiquement et psychologiquement.

Enfin, n’oubliez pas que :

« Ceux qui font de leurs vêtements l’essentiel de leur personnalité finissent en général par ne valoir guère mieux qu’eux ». William Hazlitt

« Ni la rusticité de l’apparence, ni la pauvreté des vêtements ne peuvent ternir la beauté des âmes ». Zhang Xianliang

 

Dorothée Dibaya – Do Coaching