En finir avec la charge mentale.

En finir avec la charge mentale.

Le 5 avril est la journée mondiale du « travail invisible ». Le terme invisible désigne en fait le travail qui n’est pas officiellement reconnu. Il s’agit plus précisément du « travail que les femmes exécutent au foyer bien sûr, mais aussi dans l’entreprise de leur conjoint », ou encore du « travail non rémunéré, dit invisible, des parents auprès des enfants et des aidantes ou des aidants auprès de leurs proches âgés, en perte d’autonomie, malades ou handicapés ». (dixit l' »Afeas » – Canada).

Le travail invisible concerne majoritairement les femmes et pose aussi la question de la « charge mentale », c’est à dire : la charge cognitive provoquée sur les mères ou les femmes en couple, par les tâches ménagères et la gestion du foyer.

Comment éviter la « charge mentale » ?

• Abandonnez l’idée du perfectionnisme domestique.

♫  « Balayer, nettoyer, astiquer… » peut apporter un sentiment de satisfaction mais ne doit pas devenir une obsession, ni être votre principale préoccupation.

Lâcher prise est parfois difficile à court terme…mais tellement libérateur sur le long terme. Un travail sur soi (thérapie), un accompagnement (coaching), sont des moyens efficaces pour parvenir à cet objectif.

• Priorisez, planifiez. 

– Toutes les tâches auxquelles vous pensez n’ont pas le même niveau d’importance. Certaines peuvent être différées. Distinguez ce qui est important, prioritaire, urgent à long, moyen, court terme.

• Développez des actvités et centres d’intérêts annexes à votre « vie domestique ».

– Il s’agit de savoir qui vous êtes et ce qui vous plait, ce qui vous passionne, ce qui vous fait du bien, en dehors de la sphère familiale ou conjugale.

– Il ne s’agit pas d’être égoiste, égocentrique ou individualiste mais plutôt d’être à l’écoute de vos envies, voire de faire émerger vos aspirations profondes.

– Prenez le temps. Méditation, yoga, sport, chant, il existe un certain d’activité qui vous procureront une sensation de bien-être physiologique et vous permettront d’évacuer le stress.

• Exprimez-vous.

– Explicitez clairement, objectivement et calmement à votre conjoint, à vos enfants, votre ressenti, vos difficultés, votre fatigue, votre frustration, vos colère…par rapport à ces contraintes domestiques.

• Responsabilisez vos proches.

– Incitez votre conjoint(e), vos enfants, à participer à l’exécution des tâches domestiques.

– Apprenez leur l’autonomie.

– Faites appel à des aides extérieures, de manière ponctuelle ou régulière : femmes de ménage, soutien scolaire à domicile, livraisons de repas.

• Ré-évaluez votre mode de fonctionnement ou organisation familiale, parentale ou conjugale. 

– La cause réelle de votre insatisfaction, de votre sentiment de frustration, est-elle solutionnable ? Si oui, comment ? Et qu’est-ce qui vous freine ou fait obstacle à ce(s) changement(s) ?

La charge mentale n’est pas une préoccupation féministe mais plutôt humaniste car elle peut concerner aussi les hommes. En effet, il serait faux de penser que tous les couples fonctionnent de la même manière traditionnelle et patriarcale.                                                

Par ailleurs, cette question de la charge mentale, interroge autant la notion de couple que celle de la « relation à soi », à savoir : la pression que certaines femmes se mettent pour atteindre cette image de femme, de mère ou d’épouse idéale, la pression familiale, la pression sociale et sociétale. 

La femme parfaite est celle qui avance fièrement avec ses défauts. Proverbe africain

 

Dorothée Dibaya – Do Coaching