Les méfaits de la précrastination

Les méfaits de la précrastination

On connait la procrastination, c’est à dire : la tendance à remettre à demain ce que l’on aurait pu accomplir aujourd’hui.

La précrastination est la tendance inverse. Il s’agit d’une attitude qui consiste à vouloir accomplir les tâches qui nous incombent, au plus tôt et au plus vite.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, cette anticipation n’est pas un gage d’efficacité car elle s’accompagne souvent d’une fébrilité, désorganisation et d’un manque de cohérence organisationnelle. Ainsi, si la procrastination est un éloge de la paresse, la précrastination est un éloge au stress et à la dispersion.De fait, l’anticipation, qui se voudrait utile est la manifestation d’un défaut d’organisation, dont les conséquences potentielles sont :

– la désorganisation

Etes-vous sûr,  que de manière inconsciente, vous ne repoussez l’accomplissement des  missions qui vous rebutent le plus (procrastination) au détriment de celles que vous allez faire passer au premier plan, par convenance personnelle.

Si cela est le cas alors dans un contexte professionnel, alors sachez que votre mode de fonctionnement ne répond pas aux méthodes de priorisation logique et cohérente recherchées par les employeurs.

– la perte d’efficacité

Non seulement la précrastination est la manifestation de votre défaut d’organisation mais en plus elle impacte vos collègues de travail et collaborateurs, que vous risquez de solliciter de manière impromptue, inopportune et gênante.

La précrastination peut faire de vous un élément perturbateur au sein de l’entreprise car elle freine la productivité et nuit au travail en équipe, en réseau, en collaboration.

Dans un cadre familial, vous risquez de passer pour quelqu’un d’autoritaire ou autoritaire, voire agité.

– le stress

Repousser les autres échéances et obligations qui vous attendent, ne les rend pas moins présentes dans votre esprit et ne les fait pas disparaître pour autant. En précrastinant vous alimentez en fait, les conditions de vos propres tourments, puisque, incidemment vous repoussez ou maintenez les/l’échéance(s) qui vous pousse à procrastiner par ailleurs.

– la fatigue

Le stress est générateur de fatigue. La précrastination créé une forme de « charge mentale ». La charge mentale est communément définie comme le syndrome des femmes épuisées d’avoir à penser à tout. Par opposition, la précrastination c’est le fait d’être dans une action énergique, rapide, immédiate pour des missions choisies, tout en s’appliquant précisément et inconsciemment à mettre à distance les missions qui nous déplaisent-démotivent-indisposent.

En conclusion je pense que vous aurez compris que pré et procrastination appartiennent tous les deux à la famille de la contre-productivité.

 

Dorothée Dibaya – Do Coaching