Comment optimiser votre période de recherche d’emploi ?

Comment optimiser votre période de recherche d’emploi ?

Les chiffres sont tombés le mois dernier : le taux de chômage a baissé de 1%  au premier trimestre 2018. Ce chiffre  concerne le nombre de demandeurs d’emploi sans activité.

Félicitations à vous, si vous faites parti des heureux concernés par la reprise d’une activité professionnelle. Si malheureusement, vous n’avez pas encore atteint cet objectif…alors, j’imagine que cette annonce gouvernementale vous fait une belle jambe.

Pourtant, malgré toutes les difficultés potentielles (précarité financière, perte de confiance en soi, isolement social) liées à une recherche d’emploi infructueuse, ce temps de latence ne doit pas vous paralyser.

COMMENT OPTIMISER VOTRE PERIODE DE RECHERCHE D’EMPLOI ?                                                                         

Gardez en tête que cette période n’est que provisoire.                                                                                        

J’entends déjà les mauvaises langues dire que : « le provisoire ça peut durer longtemps ». Effectivement, vous ne pouvez pas prévoir le terme de vos recherches, cependant vous pouvez vous organiser de manière proactive afin d’écourter au plus vite cette période de transition. Il s’agit d’avoir un planning et de remplir vos journées et semaines, avec des « séquences » (prospection, candidature, relance, participation à des rencontres-conférences-séminaires…), qui vous éloigneront de l’état d’oisiveté.

Demandez de l’aide.                                                                                                                                     

Différentes structures spécialisées (Apec, Mission locale, Pôle Emploi…) proposent des services d' »accompagnement personnalisé », en vue d’un retour ou d’un accès à l’emploi.

Soyez stratégique. I

l s’agit de déterminer vos objectifs en termes de type d’emploi recherché, domaine d’activité, secteur géographique.    

Si cette période d’inactivité perdure, Il conviendra également d’envisager d’élargir vos recherches à des emplois ou secteurs annexes ou complémentaires.

Actualisez et optimisez votre CV.                                                                                                                       

Si vous avez travaillé pendant quelques mois ou quelques années auparavant, votre CV mérite désormais d’être mis à jour.

Si vous n’avez jamais travaillé et que cette recherche d’emploi marque votre désir d’entrer dans la vie active, alors il s’agit de s’assurer que votre CV est en prise avec les réalités du marché de l’emploi.

Restez à la page.                                                                                                                                    Maintenez-vous informé de l’actualité liée à votre secteur d’activité.

Entretenez votre réseau ou créez vous un réseau professionnel. La participation à des rencontres, séminaires, salons, conférences est une bonne opportunité d’engendrer des contacts, qui seront potentiellement en mesure de vous procurez des opportunités, voire de vous informer d’opportunités existantes dont vous n’avez pas connaissance.

                                                                                                                                                   

Ne mésestimez pas la portée des candidatures spontanées.

Selon les entreprises interrogées par l’Apec (Association pour l’emploi des cadres) fin 2016, les recrutements se sont opérés selon la distinction suivante :

– 87 % : le marché ouvert.

Il concerne les offres d’emploi publiées.

Certaines offres vont vous questionner sur vos compétences : mon profil est-il adapté? correspond-il aux attendus du poste? Un conseil : dans le doute, postulez quand-même. C’est comme le loto… 100% des gagnants ont tenté leur chance… Par contre ceux qui n’ont pas joué n’ont jamais gagné.

Petite précision : j’ai bien dit « dans le doute ». Ceci n’est pas un encouragement à la multiplication de candidatures fantaisistes ou hors-sujet. Mais si votre profil correspond au moins à 75%, tentez le coup. Ne craignez pas l’échec, il fait partie du chemin vers le succès.

– 7% : le marché accessible.

Le recruteur ne publie pas d’offre d’emploi  mais utilise des canaux où ce sont les candidats qui se rendent visibles : candidatures spontanées, CVthèques, réseaux sociaux.

Ainsi il serait bon que votre présence sur les réseaux sociaux ne se limite pas à publier sur instagram les photos de votre dernier smoothie…mais puisse aussi servir vos intérêts professionnels : Linked in, Viadeo, Apec, vous connaissez?

– 6 % : le marché caché.

Il correspond aux cas où le recruteur fait uniquement appel à  son réseau de relations personnelles et professionnelles, à la cooptation par les salariés, aux associations d’anciens élèves ou à la chasse de têtes.

D’où l’importance d’entretenir votre réseau et de faire savoir autour de vous, le fait que vous recherchez un emploi..

                                                                                                                                                                      N’hésitez pas à faire des formations complémentaires ou des remise à niveau.                                     

Les indemnités que vous percevez ou une partie de vos économies, peuvent être utilement investies, dans une formation pertinente par rapport à vos objectifs professionnels. Effectivement pour avoir un profil plus complet, le fait de combler vos lacunes ou au contraire d’élargir ou affiner votre champ de compétence pourra être considéré comme un atout majeur par un futur employeur.

Ne culpabilisez pas à l’idée de vous distraire, d’avoir des loisirs.                                                                            

Soyons lucide, vote recherche d’emploi, bien qu’au cœur de vos préoccupations quotidiennes, ne vous occupe pas 7 heures par jour. Par conséquent, c’est l’occasion de mettre à profit le temps dont vous disposez, pour faire des choses que vous n’avez d’ordinaire pas le temps d’accomplir, telles que : lire, faire du sport, cuisiner… Autant d’activités qui ne nécessitent pas un budget conséquent. La bibliothèque est gratuite, le footing aussi.

Ne vous laissez pas envahir par le stress lié à l’enjeu financier.                                                                                                      

Selon un proverbe : l’argent est le nerf de la guerre. Cela n’est pas toujours faux…ni toujours vrai.   L’art de la pensée positive doit vous inciter à considérer davantage votre envie de trouver un travail correspondant à vos aspirations, qu’à vous laisser submerger par l’anxiété..

Apprenez à ne pas écouter les petites phrases qui fâchent.                                                                  

T’as de la chance tu vas pouvoir dormir le matin! Réponse : De la chance… Viens, on échange!

T’es payé pour rester chez toi. Réponse : En fait, je ne suis pas payée, je suis indemnisée, à condition que je ne reste pas chez moi justement mais que je sois dans une démarche active de recherche d’emploi.

Tu vas pouvoir faire un enfant. Réponse : Euh…WTF ?!

Tu vas pouvoir te reposer. Réponse : En fait c’est toi qui me fatigue!

Le travail est un vecteur de reconnaissance et de lien social et le fait de se retrouver au chômage peut véritablement impacter l’image de soi, l’estime de soi, la confiance en soi et les relations avec autrui. Aussi, il est important de prendre du recul et de faire le point sur la place du travail dans votre vie : gagne-pain ? passion ? épanouissement-bien-être-estime de soi ? prestige social ? lien social ?

Votre investissement professionnel est-il en cohérence avec vos aspirations profondes?

En fonction de la réponse à cette question, il sera opportun ou non, de modifier votre perspective ou d’envisager des changements salutaires dans votre stratégie de recherche d’emploi, voire dans votre vie.

 

Dorothée Dibaya – Do Coaching