Un boss au top

Un boss au top

On connait tous le film : « Comment tuer son boss? ». Pour les non avertis, il s’agit de trois amis, qui sont tous les trois tyrannisés par leur boss. L’un est constamment rabaissé, l’autre est harcelé sexuellement  et le troisième est menacé de licenciement par un patron incompétent.

Au-delà de l’aspect caricatural et comique du film, certains travers sont communs à des managers qui n’ont pas les clés nécessaires pour exercer leurs missions de manière productive, saine et sensée.

Alors, pour tous les managers, agents d’encadrements et autres « boss », vous trouverez ci-dessous quelques conseils pour éviter que vos collaborateurs ou votre équipe n’en viennent à attendre la prochaine rediffusion télévisée du film pour fantasmer sur le sort qu’ils aimeraient vous réserver.

Voici les attitudes à adopter pour être un boss au top.

1- Ecoute  : être à l’écoute des idées, des envies, des besoins, des difficultés et s’y adapter si possible.

Il ne s’agit pas uniquement d’être concentré sur l’axe professionnel mais également d’être en mesure d’entendre et prendre en considération certaines situations personnelles spécifiques ou particulières qui peuvent avoir un impact sur la vie professionnelle du salarié ou collaborateur concerné.

2- Attention : être attentif au collectif comme à l’individu.

3- Communication : la communication ne doit pas être uniquement « ascendante ».

Le manager a le devoir transmettre les informations pratiques, utiles, pertinentes, nécessaires au salarié/collaborateur concernant le fonctionnement et l’organisation du service (ou de l’institution), les projets en cours ou à venir, l’évolution des conditions ou du cadre de travail.

4- Bienveillance : être respectueux / respecter la « juste distance » : ni trop familier, ni trop distant / savoir exprimer sa satisfaction, prodiguer des encouragements, dispenser des conseils.

5- Autorité : savoir cadrer, recadrer, avertir, sanctionner, arbitrer, décider.

6- Equité : bannir tout favoritisme.

Aucun collaborateur ne doit être privilégié ou au contraire considéré comme le souffre-douleur ou la victime attitrée.

7- Confiance : savoir déléguer / encourager l’autonomie et l’esprit d’initiative / faire « participer ».

Le management « participatif » vise à inclure-mobiliser-associer-impliquer le salarié à certaines réflexions, prises de décisions, réunions.

8- Cohérence : avoir une vison claire des résultats attendus et être en mesure de l’expliciter /  être pertinent dans ses choix, décisions, directives et orientations / être rigoureux d’un point de vue organisationnel et méthodologique / fixer des objectifs individuels et collectifs.

9- Capacité à fédérer : favoriser l’esprit d’équipe nécessaire à l’émergence d’une « intelligence collective » indispensable à l’éclosion et à la réussite de projets communs.

10- Motivation : optimiser, voire faire émerger les capacités-habilités-ressources des collaborateurs, en les mobilisant sur des projets qui correspondent à leur profil-compétences-aspiration /  ne pas négliger pas l’impact de la formation continue/ féliciter les accomplissements professionnels / proposer des perspectives d’évolution en termes de : missions, projets, formations.

11- Pédagogie : savoir transmettre du savoir, des connaissances, des informations.

12- Positivité : avoir une pensée positive et un état d’esprit constructif / favoriser-encourager-promouvoir  les bonnes pratiques / être un modèle.

Cette  notion d’exemplarité implique de « montrer l’exemple » par votre comportement (tant sur le plan éthique que sur le plan du savoir-être, ainsi  que sur celui du travail accompli).

Le vrai patron est quelqu’un qui se mêle passionnément de votre travail, qui le fait avec vous, par vous. Jules Romains.

 

Dorothée Dibaya – Do Coaching