L’argent dans le couple

L’argent dans le couple

Vous êtes en couple, heureux et amoureux. Vous faites des projets d’avenir avec la femme / l’homme de votre vie… Pensez à aborder la question financière.

En effet, selon une étude menée en 2016 par l’Institut national d’études démographiques (Ined), les sujets de disputes les plus fréquent chez les couples, sont : les tâches ménagères, les parents, l’éducation des enfants et…………l’ARGENT !

Par pudeur, timidité, peur des disputes, certains couples ont tendance à laisser ce sujet de côté en début de relation. Par la suite, ce silence perdure et le sujet devient sensible, voire tabou. Dans d’autres couples, l’insouciance prédomine et on considère, à tort, qu’il n’y a pas lieu de s’interroger, s’inquiéter, s’organiser. Dans tous les cas, les non-dits sont le terreau des incompréhensions, frustrations et insatisfactions futures.

A titre de précaution avant de vous engager davantage dans une relation sentimentale et donc avant de transformer votre fréquentation amoureuse de courte / longue durée, en concubinage, il est important de recueillir des renseignements élémentaires sur la situation financière de l’élu(e)  de votre cœur. Cela vous permettra de vous engager (…ou pas) en toute connaissance de cause. Cela ne fait pas de vous une personne vénale mais plutôt une personne intelligente et prévoyante qui veut savoir où elle met les pieds.

Si vous êtes déjà engagés, vous connaissez déjà la pression et la tension qui peuvent émaner de ces questions. N’esquivez pas le sujet et prenez le temps d’en discuter et d’élaborer des stratégies personnelles / conjugales (qui paie quoi ? quels sont vos projets individuels communs ? qui gère ? comment ?…), afin d’éviter le fiasco, la déroute, la déconvenue, la débâcle, tant sur le plan amoureux que financier.

1- Quel est son salaire ?

En additionnant vos revenus et les siens, vous serez en mesure de déterminer quel sera votre niveau de vie prévisionnel. Le romantisme n’empêche pas d’être pragmatique. Vivre d’amour et d’eau fraîche est un beau projet mais concrètement, vous feriez mieux d’anticiper sur la manière dont les factures seront payées au sein de votre foyer nouvellement créé.

La question des salaires est susceptible de créer des enjeux de pouvoir au sein des couples. En tant que  femme ou homme autonome (par vos actions), indépendant(e)  (par vos pensées) mais amoureux/se, accepteriez-vous :

– de dépendre financièrement de votre conjoint(e) ?

– que votre conjoint(e) dépendent financièrement de vous ?

– que le salaire de votre conjoint(e) soit supérieur au votre ?

– que votre salaire soit supérieur à celui de votre conjoint(e)?

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse. Il faut juste que vous en discutiez en couple afin de savoir si vous êtes sur la même longueur d’ondes.

Pour vous l’argent est-il essentiel ? nécessaire ? indispensable ? vital ?

Dans quel mesure l’argent constitue t’il un aphrodisiaque pour vous (ou un tue-l’amour), en mesure de conditionner l’ardeur de votre élan amoureux ?

La/le conjoint(e) qui vous correspond est celle/celui dont la vision est complémentaire à la votre.

2- A t’elle/il des dettes, des crédits ?

Il y a une différence entre un  crédit voiture, voire un prêt étudiant, et le fait d’être interdit bancaire, privé de carte bleu ou de chéquier et d’être fiché à la banque de France ! Tout le monde a une histoire. Votre chéri(e) doit vous transmettre les éléments de connaissance vous permettant de mieux comprendre sa situation financière et ses justifications éventuelles. En définitive, vous pourrez évaluer la situation selon différentes perspectives et vous forger votre propre opinion.

Renoncer à vous engager avec une personne qui vit dans la précarité ne fais pas de vous quelqu’un d’intéressé. Ne craignez pas d’avoir des critères de sélection clairs et précis, tant qu’ils ne vous enferment pas dans des préjugés et stéréotypes, qui vous conduiraient à attendre en vain la femme/l’homme parfait(e) ou la/le prince(sse) charmant(e) qui n’existent que dans vote imagination, les romans à l’eau de rose et les contes de fée.

Et n’oubliez pas que de nombreux couples se sont élevés ensemble vers la voie du succès et de l’argent. Rien n’est figé : sa pauvreté d’hier évoluera peut-être en richesse demain. Toutefois, sachez que vous n’avez pas le pouvoir de changer quelqu’un. Bien sûr, les gens évoluent, s’adaptent, apprennent de leurs erreurs passées. Encore faut-il avoir un réel désir de changement, de remise en question, face à des cycles d’échecs antérieurs. Il est parfois préférable de laisser s’éteindre une relation, plutôt que d’accepter de s’engager dans la chronique d’un échec annoncé.

L’essentiel est d’assumer en pleine conscience les raisons qui motivent vos choix de vie. Ne vivez pas dans l’illusion, ni dans le fantasme de ce que votre vie pourrait être.

3- Comment gère t’elle/il ses dépenses ?

Ici se pose la question des priorités et des centres d’intérêt. Les postes de dépenses régulières, indépendamment des dépenses liées à la vie courante (loyer, nourriture, charges, transport), sont révélateurs d’une personnalité, d’un état d’esprit, d’un mode de vie.

Pour la paix des ménages, il est préférable que le coût des loisirs de l’un, ne soient pas considéré comme des sources de gaspillage, des éléments de futilité, par l’autre. Lorsqu’un décalage de perception et d’appréciation s’installe, un fossé émotionnel se creuse, ce qui n’est pas de bonne augure pour le couple.

Pour rester connectés spirituellement avec elle/lui, vous ne devez pas avoir l’impression que ses dépenses personnelles s’effectuent au détriment de votre épanouissement et de votre bien-être. Un tel hiatus, constitue une fragilité structurelle qui peut être le point de départ de votre déliquescence en tant que couple.

4- Que pense t’elle /il du fait d’épargner ?

Cigale ou fourmi ? Vous devez savoir à qui vous avez affaire. Et dès ce moment, vous devez affirmer votre vision, pour le bien de votre couple. Adoptez un nouvel état d’esprit afin qu’une partie de vos finances respectives puisse désormais être gérée conjointement : par cohésion, cohérence et concertation.

5- Quel est son patrimoine ?

Il s’agit de savoir si elle /il est propriétaire de logements, de terrains, de biens mobiliers, etc

Avoir connaissance de l’actif de votre cher(e) et tendre, vous donne un aperçu de son expérience de vie, de son vécu, de ses projets et ambitions. Il ne s’agit pas de dresser l »inventaire de ses biens, telle une notaire en exercice, ni d’agir comme un(e) « gold digger » mais plutôt de vous positionner en tant que partenaire désireux/se d’en savoir plus et de mettre en perspective les informations recueillies, avec son comportement psychosocial et la vision que vous avez de son équilibre personnel.

Comment vit-elle/il sa condition économique ? Exprime t’elle/il des sentiments de colère, frustration, jalousie ? Se donne t’elle/il les moyens de ses ambitions ? Vit-elle/il au-dessus / en-dessous de ses moyens ?

D’une manière générale, toutes ces questions, auxquelles vous devrez vous aussi répondre (pour faire preuve de votre bonne-foi et de votre transparence envers elle/lui), vous permettront d’engager un dialogue de qualité et de confiance, au-delà de la séduction et du flirt et de la phase de « lune de miel » amoureuse.

En conclusion, vous aurez compris que l’argent ou le manque d’argent ne devraient pas être des moteurs ou des freins pour une relation amoureuse. L’enjeu réside dans la valeur que vous attribuez à cet argent et la place que vous lui attribuez dans votre vie/ dans votre couple. Votre frustration, frugalité, avidité, faiblesse par rapport à l’argent est le produit de votre histoire personnelle, il est important d »en prendre conscience avant d’envisager de pouvoir conjuguer sereinement votre histoire avec celle d’un(e) autre.

Certains pensent que « quand on aime, on ne compte pas ». Au contraire, je pense que « quand on aime, on compte », afin de ne pas faire de l’argent une ombre, un spectre, un fantôme dont la silhouette funeste se profilerait sur tout projet d’avenir.

PRECISION : J’ai volontairement rédigé cette article de manière inclusive (elle /il ), afin de renvoyer chacun à ses stéréotypes et préjugés sur les femmes / les hommes et l’argent.

 

Dorothée Dibaya – Do Coaching