Comment éviter le stress au travail

COMMENT EVITER LE STRESS AU TRAVAIL ?

 

Le travail c’est la santé. Rien faire c’est la conserver.  Vous connaissez cette chanson d’Henri Salvador ?

Le travail étant une nécessité économique pour beaucoup, il convient donc d’envisager des moyens de concilier travail et santé/bien-être. De fait, pour éviter de perdre sa santé au travail, mieux vaut savoir gérer ou éviter le stress lié au monde du travail.

La pression liée aux objectifs, la rentabilité, les exigences patronales, le tempérament de certains collègues ou de la hiérarchie sont de multiples raisons de stresser au boulot. Or le stress a des répercussions sur votre condition physique et psychique et est donc susceptible de gravement nuire à votre santé.

Quelques petites astuces peuvent être facilement mises en pratique au quotidien pour vous préserver de ce stress ou à minima en limiter la portée.

Faites des pauses

Avoir « la tête dans le guidon », c’est bon pour les cyclistes. A défaut d’être Lance Amstrong, essayez de prendre le temps de faire au moins une pause par demi-journée de travail. 5 petites minutes de coupure vous permettront d’aller respirer de l’air frais et (ré)-oxygéner votre cerveau. Après la pause, vous verrez peut-être vos dossiers d’un oeil nouveau : moins confus, moins nerveux, moins las…de nouvelles idées émergeront.

Soyez organisé

Faites-vous partie de ces personnes qui adorent être sur-bookées ou sous-bookées ? Vous savez le collègue qui marche toujours dans les couloirs en ayant l’air stressé, pressé, débordé – ou bien le collègue qui passe son temps à la machine à café, à surfer sur le web en mode privé ou à consulter son téléphone.

Le trop-plein de travail ou le manque de travail… sont problématiques lorsqu’ils sont chroniques. Cela signifie que vous êtes mal organisé, désorganisé ou tire au flanc… ou que votre structure est en état de dysfonctionnement. Qu’il s’agisse d’une difficulté personnelle ou structurelle, cela risque à terme, d’impacter votre moral.

A vous de faire le point sur ce sujet et d’envisager les changements utiles : programmation, rdv avec la hiérarchie, recherche d’un nouvel emploi…

Sachez demander de l’aide

Cela va s’en dire…mais ça va mieux en le disant ! Vous êtes au travail pour… TRAVAILLER.

Si vous ne remplissez pas vos missions, si vous êtes défaillants dans vos fonctions, vous vous exposez à minima à de l’insatisfaction de vos collègues et de votre hiérarchie. Le climat risque fort de devenir très pesant pour vous. Dès lors vous ressentirez vraisemblablement du stress, lié à votre sentiment de : honte, peur, culpabilité, colère…

Connaître ses limites est un signe de sagesse. Repousser ses limites est un signe de courage. Ainsi, ne vous surestimez pas et acceptez que vous ne savez pas tout. Dans beaucoup de domaines d’activité, l’apprentissage et le perfectionnement de vos compétences, se feront aussi « sur le terrain » ou « en situation », si vous avez l’humilité de reconnaître que quel que puisse être votre âge et votre niveau d’études, vous pouvez encore évoluer.

Votre flexibilité intellectuelle et votre capacité d’adaptation, sont des atouts majeurs de lutte contre le stress au travail. En effet, cette assurance vous permet d’avoir la sérénité et la confiance nécessaire pour savoir faire face aux aléas de la vie professionnelle.

Enfin, sachez qu’il n’y a pas de honte à dire : je ne sais pas, je n’ai pas compris, je n’y arrive pas, aidez-moi… Le plus tôt ces difficultés sont exprimées, le plus vite une solution peut-être recherchée. Le déni, l’évitement, ne font qu’alimenter le stress de manière insidieuse et persistante.

Ne négligez pas votre vie privée

Pour votre équilibre personnel, il est préférable que votre vie privée n’empiète pas sur votre vie professionnelle. Mal géré, le mélange des genres peut être source de confusion et donc générateur de stress. Ainsi, on peut développer de la sympathie, des amitiés, au boulot… encore faut-il être capable de faire la part des choses et de garder une attitude et une éthique professionnelle.

Il est également important de ne pas négliger votre vie privée. En gros : avez-vous une vie en dehors du boulot ? Que faites-vous le soir en sortant du boulot ? Le week-end ? Avez-vous des amis ou bien vos contacts sociaux se résument-ils à vos collègues de travail et à des conversation d’ascenseur avec votre voisin de palier ?

Exprimez-vous

Les problèmes de communication sont générateurs de stress dans tout type de relation : familiale, amicale, professionnelle.

Au boulot, il est donc fondamental de communiquer avec vos collègues, votre hiérarchie, des clients, des collaborateurs, des partenaires. Compte tenu des enjeux propres à chaque environnement professionnel, la pression tension est plus ou moins présente. Chaque individu réagit différemment en situation de stress. Sachez toutefois que le stress peut être communicatif.Il n’en faut donc pas moins pour altérer la qualité d’une interaction relationnel. Pour contrebalancer cet état de fait, l’établissement d’un mode de communication fonctionnel est votre meilleur allié.

Sachant que tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime, il est souhaitable de favoriser l’expression au-delà de l’émotion, ou du retentissement. Cette pratique permettra d’éviter quelques somatisations, du stress et de l’angoisse. Oser travailler heureux: entre prendre et donner – Jacques Salomé                                                                   

Cherchez la satisfaction

Pour quelles raisons vous investissez-vous dans ce travail ? Quelle est la satisfaction ou les sources de satisfaction que vous en retirez ? Cet état des lieux vous permet d’évaluer et éventuellement relativiser les avantages / inconvénients de votre situation professionnelle, la manière dont vous vous en accommodez et l’opportunité d’envisager les ajustements nécessaires à votre bien-être.

Enfin, sachez que dans des cas extrêmes (burn-out, bore-out, brown-out) le stress au travail est lié à des situations graves, qui bien que non reconnues comme maladies professionnelles, nécessitent un accompagnement médical et psychologique et une rupture provisoire ou définitive avec votre contexte professionnel car bien entendu…il ne faut pas perdre sa vie à la gagner.

 

Dorothée Dibaya – Do Coaching