Un esprit sain dans une maison saine

UN ESPRIT SAIN DANS UNE MAISON SAINE

C’est l’été, le soleil brille les oiseaux chantent. Envie d’insouciance, envie de s’amuser. Le grand nettoyage de printemps est passé. Pas envie de rangement maintenant, juste envie de buller et festoyer.

Vous connaissez la citation : un esprit sain dans un corps sain (?). Elle fait référence à la nécessité de se préoccuper à la fois de sa santé mentale et physique, plutôt que s’en remettre aux dieux. Je vous propose une variante : un esprit sain dans une « maison » saine. Par « maison », j’entends votre lieu de vie. Avez-vous conscience que l’encombrement, le désordre, la saleté de votre habitation (Lorsque cela dépend de vous… Car malheureusement, indépendamment de leur volonté, certains vivent dans des logements insalubres ou exigus), conditionnent vos pensées – émotions – comportements ? Finalement, savez-vous que le capharnaüm généralisé, le désordre ambiant ambiant, perturbent votre sérénité et votre équilibre intérieur ? En effet, selon certains psychologues, ranger c’est refuser de se laisser envahir par le chaos.

Il s’agit donc de ne pas laisser une possible confusion intérieure (au sens psychologique du terme), envahir votre cadre de vie (au sens matériel) intérieur. Vous devez avoir conscience qu’à ce niveau, la maitrise que vous aurez de votre « environnement » contribuera à votre stabilité émotionnelle. Sachant cela, vous aurez certainement à cœur de ranger votre espace de vie « externe » (votre habitation) pour éviter que le tourbillon de vos états intérieurs ne viennent se refléter dans votre habitat et n’accentue ainsi vos déséquilibres.

Au-delà d’un certain seuil, d’une certaine durée et de certaines circonstances, le désordre est symptomatique et est le reflet de votre état (au sens psychique) intérieur. D’ailleurs bien souvent, ce désordre est caché sous le lit, derrière des portes de placard, derrière l’absence d’invitations de convivialité voire derrière une apparence physique hyper-travaillée… pour combler le vide intérieur ? pour réguler la désynchronisation émotionnelle ? pour tenter de camoufler la destruction psychique ? De manière inconsciente votre maison dit de vous ce que vous ne dites pas.

De plus, si prendre soin de vote maison est un fardeau ou une thématique récurrente dans les conflits avec les personnes vivant avec vous, peut-être faut-il vous interroger sur ce qui vous pèse réellement. Qu’est-ce qui vous agite ? Qu’est-ce qui vous perturbe ? Qu’est-ce qui pose réellement problème ? Si vous n’êtes pas atteint du syndrome de Diogène ou d’accumulation compulsive ou de dépression, vos maux ne sont pas nécessairement d’ordre psychiatrique ni psychologique. Si votre situation « bordélique systématique » relève davantage de la procrastination permanente, la flemme constante ou l’inertie totale, alors sachez ce trouble ou cet inconfort ne sont pas une fatalité. En effet, dès lors que vous aurez compris les bienfaits (en terme de bien-être personnel) du rangement, vous franchirez le pas afin de trouver des moyens et astuces (s’imposer une périodicité pour le ménage et le rangement, ranger immédiatement derrière soi après l’accomplissement d’une tâche salissante ou créatrice de désordre, trouver des méthodes de rangement, jeter les objets non utilisés depuis longtemps, se débarrasser immédiatement des nouveaux achats inutiles, etc…) pour vous maintenir dans une énergie haute,faite de stratégies-habitudes-automatismes positifs et vous permettant de rester dans une dynamique proactive d’auto-responsabilisation : « je change, je range »…

Vous apporterez ainsi à votre logement les mêmes soins que vous vous prodiguez au quotidien. Vous entretiendrez de la sorte un cercle vertueux : un esprit sain, dans un corps sain, dans une maison saine.

Dorothée DIBAYA – Do Coaching